Economie/OST/Leansupplychainmanagement

Economie  >>  Organisation scientifique du travail  >>  Lean supply chain management                                                     

                                                                                                                                                     

 Lean supply chain management ou gestion de la chaîne logistique _____________________________________________________________________________________

Dans une entreprise, le temps de réalisation d'un produit est conditionné par l'approvisionnement en matières 1ère et en éléments d'assemblage à tous les niveaux de la chaîne de fabrication. La chaîne logistique est entendue de manière globale c'est-à-dire au sein de l'entreprise et au travers de l'ensemble des fournisseurs et de leurs sous-traitants.

  • achats, approvisionnement
  • gestion des stocks
  • Transport
  • manutention, etc…

Lean signifie maigre. Un processus lean est un processus débarrassé de toutes opérations inutiles qui le rendent obèses, moins performant, moins réactif et qui consomment du temps, de l'énergie, des ressources. Le principe est de gérer les processus et les ressources au plus juste afin de rationaliser les flux, réduire les stocks et les capitaux non productif. Cela consiste à créer de la performance au-delà des frontières classiques de l'entreprise. Faire passer vos clients, distributeurs, prestataires et fournisseurs d'un mode externe à un mode de partenariat, permettra d'optimiser votre chaîne de valeur et de faire un nouveau pas vers l'excellence. On appelle Supply chain, les outils et méthodes visant à améliorer et automatiser l'approvisionnement en réduisant les stocks et les délais de livraison. On parle ainsi de travail en flux tendu. La chaîne logistique cherche à garantir la qualité, la sécurité, la sûreté (éviter sanctions) et la productivité. Gérer la chaîne logistique, c'est fluidifier les flux en optimisant autant que possible les coûts.

  • Les coûts de conception des produits,
  • Les coûts d'approvisionnement,
  • Les coûts de production,
  • les coûts de possession des stocks,
  • les coûts d'acheminement,
  • les coûts de rupture,
  • les coûts financiers associés.

Supply chain management s'occupe de l'ensemble des flux et processus de la conception jusqu'au client final et ce pendant tout le cycle de vie des produits. Le supply intègre les contraintes liées à la "reverse logistic" (flux de retour et de recyclage des produits). La notion d'environnement est toujours une notion relative. L'environnement est constitué pour la logistique :

  • des ressources (ressources humaines, sources d'énergie et carburants…),
  • des biens nécessaires à la réalisation de la prestation logistique (entrepôts, outillages, machines…)
  • des services (emballage, fournitures, transport, systèmes d'informations, contrôle de gestion).

Les outils de SCM s'appuient sur les infos de capacité de production présentes dans le système d'information de l'entreprise pour passer automatiquement des ordres de commandes. Ainsi les outils de SCM sont très fortement corrélés au Progiciel de Gestion Intégré de l'entreprise. Idéalement un outil de SCM permet de suivre le cheminement des pièces (traçabilité) entre les différents intervenants de la chaîne logistique.

 

 

Progiciel de gestion intégré ou ERP

Logiciel qui gère l'ensemble des processus opérationnels d'une entreprise, en intégrant l'ensemble des fonctions de cette dernière comme la gestion des ressources humaines, la gestion comptable, financière, mais aussi la vente, la distribution, l‘approvisonnement, le commerce électronique. La planification des besoins en composants ou Materials Resources Planning est l’ancêtre de l’ERP. On distingue le MRP0, né aux États-Unis en 1965 par Joseph Orlicky et qui détermine les besoins en composants à partir des demandes en produits finis et des approvisionnements existants. Le MRP1, né en 1960, est le système MRP0 auquel on a ajouté le calcul des charges de l'outil de production engendrées par les besoins en composants. Le MRP2, né en 1979, est le système MRP1 intégrant un calcul des coûts de production et une planification des besoins. Ce modèle plus large, intègre la gestion de toutes les ressources de l'entreprise (consommables, c'est-à-dire « matières et composants », et renouvelables, c'est-à-dire « capacité machines et main-d'œuvre »), constitue un système de pilotage des ressources qui repose sur la prévision des ventes et les nomenclatures de produits et qui opère comme le MRP en flux poussé (plan de production établit sur la base de prévisions). Le principe fondateur d'un ERP est de construire des applications informatiques (paie, comptabilité, gestion de stocks…) de manière modulaire (modules indépendants entre eux) tout en partageant une base de données unique et commune. Les données sont désormais standardisées et partagées, ce qui élimine les saisies multiples. L'autre principe qui caractérise un ERP est l'usage du workflow qui permet, lorsqu'une donnée est entrée dans le système d'information, de la propager dans tous les modules du système qui en ont besoin, selon une programmation prédéfinie. Véritable cerveau de l'entreprise, l'ERP permet une gestion globale et simplifiée. Un ERP doit être personnalisé à la société. Les PGI ont connu leur essor avec le passage à l’an 2000 puis pour la mise en place de l'euro. En effet, il était séduisant de remplacer tous les logiciels de gestion de l'entreprise par un progiciel intégré à la pointe de la technologie plutôt que d'engager des corrections des programmes existants plus ou moins anciens. L’enjeu de la mise en place d'un PGI aujourd'hui est d'optimiser la gestion des flux logistiques et financiers de l'entreprise. Les évolutions récentes ont conduit certains éditeurs à intégrer des fonctionnalités de mise en conformité réglementaire dans le cadre de la gestion des risques, afin de satisfaire les exigences de développement durable. Des applications sont centrées sur une fonction ou un métier particulier. On peut citer :

  • la gestion des dépôts (IMS ou WMS),
  • la gestion des ateliers (MES),
  • la gestion des laboratoires (LIMS),
  • la gestion de la relation client (CRM),
  • la gestion de la chaine logistique (SCM),
  • la gestion de la maintenance (GMAO),
  • la gestion de la production assistée par ordinateur (GPAO),
  • etc.

 

______________________________________________________________________________________________________

 

© 2013 - 2011 Greedno
UA-36419709-1