Greedno, encyclopédie gratuite en ligne
Art/Cinématographie/Analyse filmique/Réalisateur/Stanley Kubrick/Le Baiser du tueur

 

          Actualité          

          Suivez ici l'actualité de Greedno.fr sur facebook                  

Art   Economie   Environnement   Justice   Personnalité   Politique   Science   Société   Sport   Technologie

                  
                                                               

Art >> Cinéma >> Analyse filmique >> Réalisateur >> Kubrick >> Le Baiser du tueur           << Jeux gratuits en ligne >>

 Le Baiser du tueur _______________________________________________________________________

 

______________________________________________________________________________________________________

Synopsis

Après une défaite sur le ring dans un match officiel important, Davey Gordon défend une entraîneuse de danse, Gloria, malmenée par son patron Vincent Rapallo. Les deux jeunes gens qui habitent dans le même voisinage, sympathisent et tombent amoureux. Gloria décide alors de quitter son travail pour fuir sa condition et son employeur. Ce dernier, épris d'elle, tente de l'en empêcher en éliminant Davey qui se retrouve ainsi confronté aux hommes de main de Rapallo. S'ensuit une poursuite haletante avec une scène mémorable dans un entrepôt de mannequins.

 

Bande annonce

 

______________________________________________________________________________________________________

Secret de tournage

Dix mois auront été nécessaires à Stanley Kubrick pour mener à terme ce deuxième long métrage, tourné en décors naturels dans les rues de New York. Pour ce film, Kubrick s'est inspiré des quartiers et des gens typiques de New York. Il disposait d'un petit budget (40 000 $) et a filmé l'intégralité du film sans son puis a doublé toutes les voix, ce qui représentait un travail technique considérable. D'ailleurs Kubrick a réalisé lui-même une grande partie technique du film puisqu'il a été caméraman, réalisateur et monteur à la fois. Il a ensuite pu revendre le film à United Artists pour 75 000 $. Le film reçoit le Léopard d'or au Festival de Locarno. On retrouve déjà des éléments qui vont devenir "kubrickiens", le rêve, l’utilisation de la courte focale, la voix off, la violence abrupte, la recherche du cadrage… Le réalisateur utilise ses talents de photographe grâce à son exceptionnelle capacité à jouer avec la lumière pour contrecarrer le minimalisme du décor. Il est déjà fidèle au contre-jour qu’il reprend dans Orange Mécanique et Barry Lyndon. L’éclairage pour Kubrick est primordial dans tous ses films. Cela va devenir une de ses forces et une de ses caractéristiques grâce à des choix variés allant de la lumière latérale à zénithale en passant par l’abyssale ou la lumière des bougies pour ne citer que celles-là. La fin nous projette dans une poursuite sur les toits de Manhattan. Kubrick utilise une courte focale qui rend le personnage tout petit à côté de l’immensité du décor et de la dimension des immeubles. Le coup de génie arrive au moment où Kubrick nous projette à l’intérieur d’une usine infestée de mannequins. Cette dernière scène est d’une grande ingéniosité et virtuosité : on se trouve à la fois dans une arène où les mannequins jouent les inquiétants observateurs mais aussi dans un monde angoissant de corps rigides qui paraissent morts et où un dernier règlement de comptes va avoir lieu. Une impression surréaliste se dégage de ce passage : deux hommes utilisent des bras, des jambes et des troncs de mannequins pour se défendre. C’est l’originalité et le brio de cette scène qui vont permettre à Kubrick de se faire remarquer. Comment oublier l’expression du visage de Frank Silvera rempli de nervosité ou le magnifique plan de Jamie Smith qui se cache dans l’usine et au-dessus de sa tête, de nombreuses mains de mannequins dirigées vers le bas, donnant l’impression de mains diaboliques et inquiétantes qui essaient de l’attraper. Une bataille de maestro, très découpée, dynamisée grâce à l’utilisation de la caméra épaule en plan moyen ou serré, et qui contraste remarquablement avec la poursuite sur les toits tournée en caméra sur pied et en plan d’ensemble.

 

 

______________________________________________________________________________________________________

 

© 2013 - 2011 Greedno
UA-36419709-1