Greedno, encyclopédie gratuite en ligne
Art/Cinématographie/Analyse filmique/Réalisateur/Stanley Kubrick/L'Ultime Razzia

 

          Actualité          

          Suivez ici l'actualité de Greedno.fr sur facebook                  

Art   Economie   Environnement   Justice   Personnalité   Politique   Science   Société   Sport   Technologie

                  
                                                               

Art >> Cinéma >> Analyse filmique >> Réalisateur >> Kubrick >> L'Ultime Razzia               << Jeux gratuits en ligne >>

 L'Ultime Razzia ____________________________________________________________________________

  • Année de sortie : 1957
  • Durée : 1h23 minutes
  • Scénario : Stanley Kubrick, Jim Thompson (dialogues additionnels), d'après le roman Clean Break de Lionel White
  • Musique : Gerald Fried
  • Acteurs principaux : Sterling Hayden, Coleen Gray, Vince Edwards, Jay C. Flippen, Elisha Cook Jr., Marie Windsor, Ted de Corsia, Joe Sawyer, James Edwards, Timothy Carey, Joe Turkel, Jay Adler, Kola Kwariani, Tito Vuolo, Dorothy Adams, James Griffith
  • Société de production : United Artists et Harris-Kubrick Productions
  • Budget : 320 000 dollars

 

______________________________________________________________________________________________________

Synopsis

Johnny Clay, récemment sorti de prison, organise un casse pour s'emparer de la caisse d'un champ de course un jour de grande affluence. Avec deux millions de dollars à la clé, les complices ne manquent pas et tous souhaitent la réussite de l'opération. L'opération est un succès, le timing est parfait ; mais c'est sans compter sur l'indiscrétion d'un des complices ainsi que la cupidité et la duplicité de sa femme. Le déclenchement du drame mettra à mal toute cette belle machination.

 

Bande annonce

 

______________________________________________________________________________________________________

Secrets de tournage

L'Ultime Razzia remporta un succès commercial qui lança la carrière de Stanley Kubrick. Le film le fit aussi connaître dans les milieux du cinéma. Kirk Douglas, qui tournera pour Kubrick dans Les Sentiers de la gloire, et Marlon Brando remarquèrent son potentiel en découvrant ce film. Le titre anglais, The Killing, joue sur le double sens du mot killing: tuerie, mais aussi "to make a killing", ramasser la mise (aux courses). L'histoire est basée sur le roman Clean Break de Lionel White (En mangeant de l'herbe, Série Noire). Les droits d'adaptation au cinéma furent d'abord réservés par Frank Sinatra qui avait posé une option mais l'abandonna finalement. C'est alors Jim Thompson qui eut le flair de les reprendre. Le film utilise de nombreux flashbacks, bousculant la chronologie et de multiples points de vue ; cette façon de procéder, influencera Quentin Tarantino pour son film Reservoir Dogs. Première grosse production hollywoodienne pour Stanley Kubrick, 26 ans, l'équipe de tournage de The Killing comporte dans ses rangs un directeur de la photographie réputé et respecté : Lucien Ballard. La première scène du film est un long travelling avec un objectif de 25 mm. Ballard décide de faire autrement, positionnant la caméra plus loin avec un objectif de 50 mm et expliquant au jeune réalisateur que c'est comme cela qu'il faut faire. Kubrick dit posément à Ballard : « vous faites comme je l'ai décidé ou vous quittez mon plateau sur-le-champ ». Les deux hommes collaborent ensuite sur ce film sans la moindre contradiction. L'Ultime razzia est le premier long métrage de la carrière de Stanley Kubrick a être tourné avec des acteurs professionnels. Le film marque la première collaboration de Stanley Kubrick avec le producteur James B. Harris. Ils feront ensuite deux autres films ensemble, Les Sentiers de la gloire (1957) et Lolita (1962). Le budget de L'Ultime razzia s'est limité à 320 000 dollars, dont 120 000 assuré par James B. Harris, pour 24 jours de tournage. Stanley Kubrick a accepté de renoncer à son salaire de réalisateur en échange d'un pourcentage sur les recettes du film. Trois thèmes visuels ressassés par Kubrick viennent rythmer cette tragédie : la barrière qui se referme devant les chevaux de la septième course et qui marque le présent du récit. Celui des barreaux (persiennes, croisillons des fenêtres, cage du perroquet) et celui des chiffres. Les barreaux renvoient les personnages à la prison dont ils viennent de sortir au pire à leur univers étriqué où ils vont finir par mourir. Quant aux chiffres, ils marquent la contagion au monde tout entier du champ de courses où les perdants sont connus d'avances ( pour gagner, il faut miser sur tous les chevaux !).

 

______________________________________________________________________________________________________

 

© 2013 - 2011 Greedno
UA-36419709-1